Publié : 4 septembre 2013
Format PDF Enregistrer au format PDF

Les Jobs d’été

Pour gagner de l’argent : un emploi proche de votre domicile ou de celui d’une de vos connaissances pour limiter les frais de logement ou de déplacements. Les postes aux horaires décalés (hôtellerie-restauration, domaine hospitalier, sécurité, services postaux-livraison), les emplois de la vente avec un fixe et des commissions (télémarketing, magasin de vêtements, concessionnaire automobile) et les jobs exigeant la maîtrise d’une langue étrangère (hôtesse d’accueil, serveur, animateur de centre de vacances) sont parfois mieux rémunérés. Pour ces jobs, particulièrement soumis aux besoins saisonniers (vendanges, restauration), les candidatures spontanées, même de dernière minute, peuvent aboutir. Sur votre CV, allez à l’essentiel. Les jobs saisonniers acceptent en général les débutants et requièrent peu de qualifications, mais de nombreuses capacités physiques ou compétences humaines (sens du contact, aisance avec les enfants...). Alors, pour livrer des pizzas ou encadrer une colonie de vacances, votre permis de conduire ou vos séjours linguistiques à l’étranger auront plus de valeur qu’une mention au baccalauréat.
Pour découvrir le monde du travail : l’objectif étant de mettre un pied dans le monde professionnel et de vous confronter à la réalité, de découvrir un domaine qui vous intéresse. Sur ce créneau, le bouche à oreille et les relations (amis, voisins, famille…) ont une carte à jouer.
Pour affiner son projet professionnel : un contrat qui s’inscrit dans la continuité de votre parcours et de votre formation. Ciblez les entreprises que vous pourrez recontacter dans le cadre de vos recherches de stage ou pour un 1er emploi, une fois diplômé. Ou bien sélectionnez des postes qui valoriseront certaines de vos compétences professionnelles : animation en centre aéré si vous visez l’enseignement, séjour au pair pour booster votre niveau d’anglais… Les candidatures spontanées ne sont pas à négliger. Pensez également à vous renseigner au sein de votre établissement sur les entreprises qui embauchent. Selon votre formation, les annonces qui vous intéressent ne seront pas liées à une activité saisonnière. Pour autant, les recruteurs ont régulièrement besoin de renfort au moment où nombre de leurs salariés partent en vacances. Le meilleur moyen pour marquer des points est de prouver que votre candidature est mûrie et cohérente par rapport à votre projet. Dans certains secteurs, les candidats doivent être titulaires d’un diplôme spécifique pour exercer (par exemple, pour les animateurs, le BAFA – brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur).
Pour bouger : un job en bord de mer, à la montagne ou à l’étranger. Vous voulez voir du pays ou découvrir une autre culture le temps d’un été tout en gagnant de quoi visiter. Partir loin de chez vous (même en restant en France) le temps d’un été vous permettra de gagner en autonomie et de faire de nombreuses rencontres enrichissantes. Quel que soit le job, cultiver un profil de globe-trotteur peut être un atout à l’heure de la mobilité géographique. Par contre, évoluer seul dans un univers inconnu tout en assumant la responsabilité d’un emploi s’avère parfois éprouvant moralement. En outre, les frais d’installation (logement, transport) risquent de grever votre salaire. Partir à plusieurs peut être un moyen de mutualiser les dépenses et de trouver un soutien en cas de coup dur. Par ailleurs, pour se rendre à l’étranger, certaines démarches sont longues et fastidieuses (par exemple, visas et âge minimal), et doivent être prévues bien en amont.
Pour vous aider dans vos démarches vous pouvez utilement consulter « Trouver un job », édition 2011 du CRIJ Haute-Normandie, disponible au CIO.

(article paru dans le journal l’éveil du 24 mai 2011)